Le patrimoine des communes du Territoire de Belfort

Par Fourel David

Bienvenue dans le site patrimoine des communes du territoire de Belfort

Morvillars

Canton de Grandvillars

Arrondissement de Belfort

Superficie : 527 ha

Population 2013 : 1 127 habitants

Habitants : les Morvellais ou les Morvillais

Cours d’eau: l’Allaine

Origine du nom: de l’anthroponyme Mor ou Maurus, et du latin villare, ferme.

TOUR CARREE

XVe - XVIIIe siècles

Rue du Stade

TOUR CARREE
Cette tour est un vestige d’une ancienne maison forte. Elle se compose d’une cave semi - circulaire dont les voûtes en plein cintre s’articule autour d’un pilier central carré. Deux ouvertures, traversant la muraille épaisse de 2,45 mètres, en assuraient l’éclairage.

MONUMENT FUNÉRAIRE

Année 1630

Grès

Presbytère

MONUMENT FUNÉRAIRE
Le tombeau de Walter d’Andlau, mort la 4 février 1630 et de son épouse Élisabeth d’Arbois, décédée en 1626, se trouvait auparavant dans l’ancienne chapelle contiguë à l’église ,avant que celle – ci ne soit détruite en 1883. Des fragments provenant de tombes de cette ancienne chapelle se trouvent également sur le mur ouest de la cure. L’épitaphe des Andlau, sculptée, est entourée de seize écus aux armes des familles dont - ils sont issus, ou de celles avec lesquelles ils ont contracté des alliances.

LINTEAU DE FENÊTRE

Année 1671

5, rue Charles - de - Gaulle

LINTEAU DE FENÊTRE
Jean François d’Andlau avait deux sœurs, auxquelles il a racheté la part de château de Morvillars en 1668. L’une de ces sœurs, Anne Catherine, dite Sybille, épouse Ferdinand de Cointet de Filain, qui fait construire une maison en 1671 à Morvillars. Ce linteau de fenêtre en accolade, de style Renaissance, en est un vestige.

ANCIENNE MAIRIE - ÉCOLE

Vers le XIXe siècle

Rue de l’église

ANCIENNE MAIRIE - ÉCOLE
En 1815, l’école ne comprend qu’un rez - de - chaussée, mais en 1833, un logement est aménagé à l’étage pour l’instituteur. Elle est agrandie en 1848, et comprend alors deux classes, l’une pour les filles, l’autre pour les garçons, le logement de l’instituteur et les locaux de la mairie. Elle a accueilli jusqu’à cent élèves, mais la création d’écoles libres sur la commune fait radicalement baisser le nombre, puisque le 26 novembre 1892, l’instituteur et l’institutrice n’ont plus que sept élèves.

GARE

Vers Année 1870

Rue de la Guinguette

GARE
Le 31 janvier 1867, un terrain de 2 ares et 34 centiares est vendu à la compagnie de chemin de fer Paris - Lyon - Marseille qui établit la ligne Montbéliard - Delle par Morvillars. Ce tronçon est inauguré le 29 juin 1867. La compagnie de l’Est a poussé son réseau de Danjoutin à Morvillars, et un raccordement avec la compagnie PLM est réalisé en 1877. Á partir de cette date, la liaison entre la France et la Suisse s’effectue par Belfort et non plus par Montbéliard.

CHÂTEAU ARMAND - VIELLARD

Année 1876

Architectes : Fleury de La Hussinière et Salomon

Rue du Stade

CHÂTEAU  ARMAND - VIELLARD
Ce château, édifié pour Armand Viellard, fils cadet de Juvénal Viellard, se compose de quatre niveaux. En 1900, il est augmenté d’un étage carré et deux étages de combles. Lors de la Première Guerre mondiale, il fait office d’hôpital militaire. Au cours de la Seconde Guerre mondiale, du 24 août au 7 septembre 1944, le maréchal Pétain y est détenu par les allemands avant son départ pour Sigmarigen. La commune acquiert le bâtiment en 1960 et y installe un collège.

CLOCHE

Année 1786

Église Saint - Martin

CLOCHE
Une inscription gravée sur cette cloche indique les noms et qualités du parrain et de la marraine : le curé la paroisse Jean - Jacques Baumet, et sa petite - nièce, Marie - Françoise Baumet, fille de Jean - Jacques Baumet, receveur des domaines du Roi. Une autre cloche, datant de 1854, et baptisée par le curé Meyer, a pour parrain François Bougeot et pour marraine Eugénie Meyer.

CHÂTEAU JEAN - MAITRE

Année 1897

Architecte : Fleury de La Hussinière.

Pierre et brique

CHÂTEAU JEAN - MAITRE
Ce château se caractérise par la polychromie de ses façades, revêtues d’un appareil alterné de briques et de pierres.

VIERGE Á L’ENFANT

Année 1920

Sculpteur : Charles Desvergnes

Pierre

Rue de l’Élise

VIERGE Á L’ENFANT
Cette statue porte sur son socle l’inscription suivante : « Ils m’ont établi leur gardienne. »