Le patrimoine des communes du Territoire de Belfort

Par Fourel David

Bienvenue dans le site patrimoine des communes du territoire de Belfort

Lachapelle-sous-Rougemont

photo1

Canton de Rougemont-le-Chateau

Arrondissement de Belfort

photo2

Superficie : 489ha - Population 2013 : 549 habitants

Habitants : Les Chapelons

Cours d'eau: : La Saint - Nicolas

Origine du nom:: du latin vulgaire capella, chapelle, et du toponyme allemand Rothenburg.

maison

MAISON VAUBAN

Année 1703.Route d’Éteimbes

Lors de la réalisation des fortifications de Belfort, à partir de 1690, la route royale connaît un intense trafic. Les ingénieurs travaillant à Belfort réalisent le pont sur la rivière Saint -Nicolas et, à coté de celui - ci, la maison Vauban. Celle - ci est destinée à Jean Baptiste Jeantet, maire et bailli du seigneur de Lachapelle. Au XIXe siècle, elle est le siège d’une exploitation agricole et est appelée la maison Bailly, du nom de ses propriétaires, mais en fait, la tradition veut qu’elle ait été construite par Vauban.

marque

MARQUE DE TÂCHERONS

Vers 1752.- Grès des Vosges-Grange

Le relais de poste, situé sur la route royale reliant Belfort à Colmar, est reconstruit en 1752 par le maître de poste François Jeantet. La grange est édifiée à l’aide de grosses pierres de grès des Vosges, taillées avec soin et appareillées sans ciment. La plupart de ces pierres comportent des marques de tâcherons, formées originalement de chiffres et non de symboles.


croix

CROIX DE MISSION - Année 1758

Grès rose des Vosges - Hauteur : 2,69 m

Érigée à l’origine dans un l’ancien cimetière, cette croix se trouve aujourd’hui dans un champ, à l’extérieur du village en direction d’Éteimbes. La représentation de la Crucifixion est réduire aux symboles de la couronne d’épines et des trois clous du martyre, disposés en éventail.


/croix2

CROIX -

nnée 1821 – Grès rose des Vosges

La croix est érigée en octobre 1821, à l’emplacement d’une rixe mortelle  entre deux jeunes gens de Lachapelle et de Petitefontaine. Le texte, gravé dans un grès de qualité médiocre, est en partie illisible, mais laisse apparaître les noms de Clavey et Petit. Sur la croix de section carrée, au centre de la couronne, est figuré un cœur percé de trois lames.

oratoire

ORATOIRE - Fin du XVIIIe - début du XIXe siècle

Début du XIXe siècle

Une femme de la famille Vilbois - Wintemberger, cantinière dans l’armée de Napoléon en Russie, fait le vœu, lors de la retraite à la Bérézina, de construire une chapelle quand elle reverrait son village natal. Cet oratoire abrite un autel dédié à la Vierge.

chapelle

CHAPELLE DE LA BRASSERIE.-

Années 1830 - 1835

Créée en 1805 par la famille Grisez, qui exploite l’entreprise jusqu’à sa fermeture, en 1962, la brasserie de Lachapelle s’implante, entre 1830 et 1835, à la sortie ouest du village. Plus aucun bâtiment caractéristique de cette activité industrielle ne subsiste aujourd’hui sur le site, mais la chapelle édifiée en 1880 par la veuve de Jean - Baptiste Grisez, troisième brasseur, à la mémoire de celui - ci, témoigne de cette entreprise famille. Cette chapelle, bénie Mgr Paulinier, archevêque de Besançon, est dédiée au Sacré Cœur de Jésus, au Cœur douloureux de Marie, à saint Jean - Baptiste et à saint Joseph. Le chemin de croix est béni le 16 mars 1881, par l’abbé Rouèche, curé de Lachapelle.

verre

VERRE

Lachapelle

La brasserie de Lachapelle, qui emploie jusqu’à 40 personnes, au milieu du XXe siècle est victime de la concentration, qui, en vigueur dans cette industrie, conduit à la constitution, de grands groupes multinationaux. Elle ferme définitivement ses portes en 1962.

camille

CAMILLE JEANTET

Années1839 - 1895

Fils de François Jeantet, maître de poster à Lachapelle - sous - Rougemont, Camille Jeantet sort de Saint - Cyr en 1860. Il effectue sa carrière militaire dans la cavalerie, d’abord dans les rangs d’un régiment de chasseurs d’Afrique, puis, de 1862 à 1867, au Mexique. Capitaine en 1870, il est fait prisonnier par les Allemands près de Reims, mais réussit à s’évader. Il devient chef d’un escadron de dragons en 1876, lieutenant - colonel de chasseur en 1884 et commande le 6e régiment de chasseurs en 1886. Général en 1891, il meurt à Alençon, où il commande la cavalerie du 4e corps d’armée.

eglise

ÉGLISE SAINT -VINCENT

Année 1844 - 1847 - Architectes : Sassary et Dufaillet.

Construite dans un premier temps par l’entreprise Desolus, sous la direction du maître d’œuvre Sassary, l’architecte Dufaillet de Belfort poursuit les travaux, notamment en démolissant la partie sud, édifiée sur un terrain marécageux. Achevée en 1847, l’église est consacrée le 24 juin de la même année, par Mgr Raess, évêque de Strasbourg.