Le patrimoine des communes du Territoire de Belfort

Par Fourel David

Bienvenue dans le site patrimoine des communes du territoire de Belfort

Essert

Canton de Valdoie

Arrondissement de Belfort

Superficie :701 ha

Population 2013 : 3 173 habitants

Habitants : les Essertois

Cours d’eau: la Douce

Origine du nom: d’essart, lieu nouvellement défriché.

ÉGLISE (portail)

Année 1753

Rue du Maréchal - de - Lattre - de – Tassigny.

ÉGLISE (portail) L’origine du bâtiment de l’église est inconnue. Il est incendié en 1676 en même temps que la cure par l’armée de Turenne. Dès 1703, il menace ruine. La façade du clocher date de 1753 comme l’indique l’inscription au -dessus de l’arc orné d’une tête d’ange. Le reste de l’édifice, dont seuls les angles, les embases, le contenu des vitraux, des portes et des fenêtre sont en grès rose, est construit à l’initiative de l’abbé François Juste, en 1779. En 1804, le bâtiment est déclaré neuf par l’enquête pastorale demandée par l’évêque de Strasbourg. Le clocher est ensuite rehaussé par une meilleure diffusion du son des cloches, et sa forme est modifiée.

CHŒUR

Année 1798

Église

CHŒUR
Le maître - autel provient de la cathédrale de Belfort, autrefois basilique Saint -Christophe. Les boiseries autour du chœur étaient dans l’ancien couvent des capucins dont subsistent les vestiges derrière le théâtre de Belfort. Les statues de saint Léger et de la Vierge datent de 1803 et celle de sainte Geneviève de 1842. Quelques membres de la famille Klinglin sont enterrés dans la chapelle Sainte - Catherine, à l’emplacement de l’actuel chœur de l’église.

LAVOIR

Année 1807

Rue du Sergent - Leiris

LAVOIR
La source du lavoir est couverte d’une voûte en grès de 1807, restaurée par la suite. Elle est alimentée par une rivière souterraine qui passe sous l’église et les maisons, et traverse trois bacs successifs avant de se jeter dans la Doucette.

OUVRAGE MILITAIRE

Année 1889 -1890

Côte d’Essert

OUVRAGE MILITAIRE
Cet ouvrage est un fort d’infanterie enterré. Situé à l’emplacement d’une batterie allemande mise en place durant le siège de 1870, il fait partie de la ceinture ouest du camp retranché de Belfort. D’une capacité de 200 à 250 hommes, il comprend des coffres de contrescarpe, des locaux creusés dans le roc et des plates - formes pour canons de gros calibre. Toutes les salles où sont logés les soldats sont entièrement doublées. Le fort permettait de surveiller un flanc du Mont - Vaubois et un flanc du Salbert, ainsi que la route menant de Vesoul à Belfort par Ronchamp.

CHAPELLE NOTRE - DAME – DU - VŒU

Années 1920 - 1931

CHAPELLE
Le 10 septembre 1920, Joseph Welfelé, curé de Bavilliers et administrateur d’Essert de 1915 à 1923, fait ériger à la demande des paroissiens, une statue de la Vierge en métal peint dans le pré de Joseph, témoignant sa reconnaissance de voir son village épargné par l’envahisseur allemand. Écrasant le serpent, symbole du mal, la Vierge se tient sur une terre traversée par un croissant de lune, évocation maternelle, et portée par les symboles des quatre évangélistes. L’œuvre réalisée par Jules Chell est bénie le 10 septembre 1920. L’abbé Sauvanet, curé d’Essert depuis 1924, entreprend ensuite, grâce à la générosité de quelques familles, de construire une chapelle pour protéger la statue. Elle est bénis le 15 août 1931.