Le patrimoine des communes du Territoire de Belfort

Par Fourel David

Bienvenue dans le site patrimoine des communes du territoire de Belfort

Bermont

photo1

Canton de Châtenois - les - Forges

Arrondissement de Belfort

photo2

Superficie : 274 ha -Population 2013 : 347 habitants

Habitants : Les Bermontois.

Cours d'eau:la Douce et la Savoureuse.

Origine du nom:du germanique Berg, mont


eglise saint laurent

EGLISE SAINT - LAURENT -XIIe siècle - année 1867

Architecte : Genty

L’église, construite sur la base d’un édifice datant du XIIe siècle, d’architecture romane, dépendait du prieuré de Lanthenans (Doubs). De cette chapelle du XIIe, de siècle, de style ogival avec un clocher trapu, il ne reste que l’abside. Les deux cloches datent de 1778 et sont l’œuvre du fondeur Robert. La grosse cloche en bronze qui pèse 1 205 Kilos, est inscrite par arrêté préfectoral du 9 août 1989, sur l’inventaire supplémentaire des monuments historiques. La seconde, plus petite, pesait 838 kilos mais a été refondue en 1923 et son poids réduit à 420 kilos, sans doute pour une question de sécurité. De 1866 à 1867, l’édifice religieux, étant devenu trop petit est agrandi pour prendre sa forme et sa dimension actuelle, par l’architecte belfortain Genty et l’entrepreneur Beccari. L’ancienneté et la particularité de l’abside ont été déterminantes dans le classement de l’église qui, le 13 juin 1997, par arrêté de la Région de Franche - Comté, est inscrite dans sa totalisé à l’inventaire supplémentaire des Monuments historiques. En 1999 - 2000, l’édifice a fait l’objet d’une restauration complète tant à l’extérieur qu’à l’intérieur et à l’identique.


abside
ABSIDE -XIIe siècle

Église Saint - Laurent

L’influence rhénane se fait sentir dans la construction de l’abside polygonale à cinq pans ornés d’arcs brisés aveugles. Une corniche à arcatures épaisses, sur corselets, gravées de palmettes, confère un aspect massif à cette partie de l’édifice. La tour, sans contrefort, étayée seulement par de simples bandes murales, date également du XIIe siècle ; attenante à l’abside et placée sur la travée du chœur, elle témoigne de l’influence lorraine.


choeur
CHOEUR -XIXe siècle

EGLISE SAINT - LAURENT

Le chœur actuel a été agencé après 1867. Le maître - autel et les autels des chapelles latérales, faits de pierre tendre et très claire, son l’œuvre de M. Maigret, sculpteur belfortain. Les chapelles des bas - côtés sont dédiées à la Vierge et à Saint - Laurent, patron de la paroisse. Le tableau de l’autel présente saint Laurent, habillé de blanc, symbole de pureté, et coiffé d’une auréole. Diacre du Pape Sixte II, il est martyrisé a Rome lors de la persécution de Valérien, en 258. Patron des pauvres, Saint - Laurent est souvent représenté avec le livre de l’Évangile, le dalmatique du diacre, la palme du martyre et le gril de son supplice. Le fond du chœur est tapissé d’une boiserie en chêne ; il est surmonté d’un tableau représentant saint Laurent livrant les trésors de l’église . Ce tableau a été exécuté en 1927 par Giulio Pastini, peintre italien. Chaque coté du chœur est également garni de bois surmonté d’un panneau en pierre de même nature que les autels, le tout constituant un ensemble très harmonieux.


vitrail

VILTRAIL -Année 1931

Maître verrier : maison Janin

Eglise saint Laurent

Ces vitraux sortis de la maison Janin de Nancy n’ont été placés qu’en 1931. Les viraux du chœur ont été renouvelés à l’identique et les vitraux de la nef restaurés par le maître verrier Pierre - Alain Parot de Dijon.


fenêtre renaissance

FENÊTRE RENAISSANCE -Vers le XVIe siècle

Pierre -Grand - Rue

La partie centrale de la baie ébrasée à meneau gemmé est surélevée. Les linteaux sont en accolade et la piédroits sont sculptés.


fenêtre renaissance2

FENÊTRE RENAISSAINCE

Vers le XIVe siècle - pierre

Cette fenêtre témoigne de la taxe sur les ouvertures. Des éléments décoratifs sont apparus, comme le cintrage en accolade caractéristique de la Renaissance.


pont savoureuse
PONT - CANAL SUR LA SAVOUREUSE -XIXe - XXe

Situé sue la canal de la Haute Saône, qui devait servir de liaison entre le Rhône et le Rhin par la Saône, il enjambe la Savoureuse. Il est fait de moellons en grès des Vosges et d’une bâche métallique contenant l’eau du canal. Les travaux ont commencé en 1911. Interrompus en 1914 pour cause de mobilisation générale, ils sont repris en printemps 1920. La mise en eau s’est faite en 1922. La largeur navigable est de 6 mètres. L’ouvrage a une longueur total de 46,15 mètres pour une hauteur de 3,50 mètres.