Le patrimoine des communes du Territoire de Belfort

Par Fourel David

Canton de Beaucourt.

Bienvenue dans le site patrimoine des communes du territoire de Belfort

Beaucourt

Canton de Beaucourt

Arrondissement de Belfort

Superficie: 495 ha

Population 2013: 5 013 habitats

Habitants : les Beaucourtois.

Origine du nom:  Beaucourt désignerait à l’origine un village situé au milieu des bois.

Le site Internet office : site de la ville de Beaucourt

Le Grammont

grammont
Sur le Grammont, l’un des sommets de la chaîne jurassique des Lomonts, se situe un ancien camp néolithique et nombreux tumuli érigés par une peuplade d’Arya celtiques. A l’époque un mur de pierre et un vallum, palissade formée de pieux fichés en terre renforcent la protection naturelle de ce camp bordé de roches escarpées. Vraisemblablement ancien lieu administratif et religieux, le site du Grammont révèle, depuis le XIXe siècle, de nombreux ossements, haches, couteaux, poteries et autres objets.

Château Édouard Japy

Début du XIX siècle

rue des Vignes

chateau
Le corps principal de ce château est déjà mentionné sur le cadastre de 1816, tandis que les extensions latérales ont probablement été construites entre 1850 et 1880. Lieu privilégié des rassemblements des demeures de la famille, ce château, l’un des rares édifices de la ville à posséder une couverture en ardoise, possède une expression architecturale propre, qui témoigne du patrimoine industriel régional.

Temple 1813 -1814

temple
La Société Japy Frères & Cie participe financièrement à la construction de ce temple et prend en charge le ministre protestant, le pasteur Duvernoy. En effet, luthérien de souche, les Japy souhaitent contribuer au développement de l’éducation morale et religieuse au sein de la communauté protestante de Beaucourt. La première cloche, le crucifix, le pied de l’autel qui se trouve à l’entrée du musée Japy, ainsi que la grille en fer forgé installée au cimetière de la Charme proviennent de l’abbaye suisse de Bellelay, rachetée comme bien national en l’an VI.

Presbytère XIXe siècle

11, rue de la maison Blanche

presbytere Ce chalet, où demeure pendant cinquante ans le pasteur André Mayer, est construit par les Japy, industriels de Beaucourt, pour abriter les prêtres et leur famille. Jusqu’ à la loi de séparation des églises et de l’état, le pasteur reçoit ses appointements de la famille Japy par ailleurs commanditaire de nombreuses constructions de la paroisse, telles que les maisons qui abritent leurs salariés ou encore des bâtiments publics.

EGLISE SAINT - FRANCOIS - DE - SALES

Années 1860 - 1900

Architecte : Aristide Poisat

Entrepreneur : Joseph Colard

eglise
Jusqu’au milieu du XIXe siècle, la population catholique de Beaucourt doit se rendre à Montbouton pour assister à l’office dominical. La construction de l’église Saint – François - de – Sales commence en 1856, d’après les plas de Poisat, architecte de Belfort. Couverte en 1860, elle est bénie cinq ans plus tard, mais ne possède alors pas d’ornementation intérieure. La première cloche, achetée au fondeur Goussel de Metz, pèse près de 750 kilogrammes et, installée dans un clocher provisoire, sonne pour la première fois le 8 juin 1866. L’édifice n’est véritablement achevé qu’en 1900.

MAÎTRE – AUTEL

Année 1880

Sculpteur : Dreyer

Bois de chêne verni

Église Saint - François - de - Sales

autel
Ce maître - autel de style néo - gothique forme un ensemble homogène avec la chaire et l’autel latéral.

ORGUE

Années 1888 - 1938 -1939

Facteur : Friedrich Goll

Église Saint - François - de - Sales

orgue
Ces orgues commandées à Friedrich Goll constituent la soixante - neuvième réalisation de ce facteur d’orgues de Lucerne (Suisse). Le buffet de style néo - gothique provient de la cathédrale de Coire (Suisse) entre 1938 et 1939, M. Georges, facteur d’Eurville (Haute – Marne), les agrandit et électrifie la soufflerie. Par ailleurs, le buffet est avancé de 25 centimètres, et le récit est augmenté de cinq jeux.

CITE PIERRE - JAPY

Année 1864

Rue des Mélèzes et rue des Bouleaux

cite
La cité Pierre - Japy est la première cité ouvrière construite à Beaucourt. Située sur le Mont - de - Dasle, elle se compose de petites maisons basses alignées, possédant un jardinet. En 1867, l’une de ces maisons est primée à l’Exposition universelle de Paris.

MAISON OUVRIERE

1869-1870

Cité du Châtelot et rue de la Montre

maison
Dépendant d'une stratégie sociale affirmée, l'habitat ouvrier fait un object d'une préoccupation constante de la part des dirigéants de l'entreprise. Succédant aux permiers bâtiment communautaires, des cités ouvrieres sont construites, par les biais de sociétés immoblilières, sur tout le territoire communal. Elles sont élevées sur le modèle de maison unifamiliales basses, avec un rez-de-chaussée sur cave, chambres dans les combles et petit jardin.

USINE DU FER - A - CHEVAL

Vers la fin du XIXe siècle

Brique, fonte et fer.

usine
Encore appelés la Nouvelle Usine, ces bâtiments remplacent les anciens ateliers détruits en 1881 par un incendie. Produits par les industries Japy, les matériaux utilisés préservent la nouvelle construction des mêmes risques. A la même époque, dans son ouvrage sur Beaucourt le Dr Muston évoque le fonctionnalisme et la modernité de l’usines notamment l’utilisation de monte - charges, l’installation d’un chauffage central et de lieux d’aisance distincts pour les hommes et pour les femmes, et l’aménagement d’un square fleuri, au centre duquel s’élève le buste de Frédéric Japy.

BIBLE

Année 1760

Éditeur : J. C. Heilmann

Bienne

Musée Frédéric - Japy

bible
Cette bible, pesant 5 kilogrammes et reliée en bois recouvert de cuir, appartient à Jacques Japy, père de Frédéric, sur les premières pages blanches, celui -ci inscrit l’état civil de ses douze enfants. La bible contient non seulement l’Ancien et le Nouveau Testament, mais aussi des préfaces propres à chaque livre, tirées de la bible de M. Martin. Cet exemplaire suit ainsi la version ordinaire des églises réformées.

PENDULE

Vers la fin du XIXe siècle

Musée Frédéric Japy

pendule
Cette pendule de style Napoléon III dispose d’un système permettant de régler l’avance ou le retard, avec écran de réglage au centre du balancier. Tous les styles sont représentés à Beaucourt où, pour donner satisfaction à toutes les bourses, les mêmes modèles sont fabriqués dans différents matériaux.

VASE

Fin du XIXe siècle

Musé Frédéric - Japy

vase Ce vase émaillé est peint à la main, avec des motifs au pochoir. Afin d’augmenter la capacité d’émaillage de la Casserie des usines de La Feschotte, en 1889, les établissements Japy construisent, en amont de la production, l’usine du Gros – Pré. A la fin du XIXe siècle, cette branche d’activité emploi 1 300 ouvriers.

ENCRIER

Début du XXe siècle

Musée Frédéric - Japy

encrier
Cet encrier gothique provient des activités de la lustrerie, qui fabrique des articles en bronze, en zinc et en forme vernie, laitonnée ou nickelée. Créée à Beaucourt en 1882 et arrêtée en 1933, les lustrerie moule des boîtiers de pendule, des réveils, des articles de bureau, des objets de luxe ou encore des pièces de lustrerie électrique

MOTEUR THERMIQUE

Début du XXe siècle

Musée Frédéric - Japy

moteur
Ce moteur thermique à essence est destiné à la petit mécanisation telle que les motopompes, les groupes électrogènes ou les scies à bois. La production de ces moteurs se répartit dans plusieurs usines du groupe Japy : usines de la Gare et des Fonteneilles, à Beaucourt, et usine du Rondelot, à Fesches - le - Châtel.

MACHINE A ECRIRE

Vers 1912

Musée Frédéric - Japy

machine
Afin d’employer le savoir - faire d’une horlogerie en difficulté et pour donner naissance au département de mécanographie, les premières machines à écrire sont construites en 1910. C’est sur ce modèle de machine avec mécanisme apparent et touches cerclées qu’est rédigé l’ordre du jour de la bataille de la Marne, le 6 septembre 1914. En 1948, la nouvelle usine des Fonteneilles, à Beaucourt accueille l’usinage et le montage des machines dites « Standard » et « Portative ».

GROUPE SCOLAIRE

Année 1930

Cités Eugène - Bornèque

scolaire
Outre la construction de nombreuses maisons destinées à loger leur personnel, les Japy, soucieux de leur démarche sociale, font aussi construire sur la commune des bâtiments publics. Ce groupe scolaire se trouve au sein même de la cité ouvrière, afin que les enfants des parents travaillant pour les usines Japy puissent bénéficier de l’éducation scolaire. La première école de Beaucourt en construite en 1840 et la seconde en 1875.

INFORMATIONS:période Napoléonienne

À 27 km au S.-E. de Belfort, en direction de Delle, et à 14 km à l’E. de Montbéliard. Musée • 16, rue Frédéric-Japy, au musée Japy, buste de Georges-Frédéric Japy, fondateur de l’industrie horlogère dans cette ville, qui comptait plusieurs centaines d’ouvriers sous le Consulat et l’Empire. Cimetière • Cimetière protestant de la Charme, sépulture de Pierre-Frédéric Minal, fils du colonel et baron de l’Empire Jean-Frédéric Minal (1765-1817). Lieutenant à Iéna, il se bat à Eylau, à Wagram, à Bautzen et en Russie. Capitaine au 3e chasseurs à pied de la Vieille Garde, il est aux côtés de Cambronne à Waterloo : « BARON P. F. MINAL / NÉ À HÉRICOURT / LE 31 AOÛT 1789 / CHEF DE BAT. / DANS LA VIEILLE GARDE / OFFICIER DE LA LÉGION D’HONNEUR / REPRÉSENTANT DU PEUPLE EN 1848 / DÉCÉDÉ À BEAUCOURT / LE 13 MAI 1882 / SOLDAT INTRÉPIDE / CITOYEN INTÈGRE / IL A SERVI SON PAYS / IL A QUITTÉ CE MONDE / S’ATTENDANT / À LA MISÉRICORDE DE SON DIEU. » (Enclos).