Le patrimoine des communes du Territoire de Belfort

Par Fourel David

Bienvenue dans le site patrimoine des communes du territoire de Belfort

Bavilliers

photo1

Canton de Châtenois - les - Forges

Arrondissement de Belfort

photo2

Superficie : 480 ha -Population 2013 : 4870 habitants

Habitants : Les Bavillièrois

Cours d'eau: la Douce.

Origine du nom: du patronyme germanique Balto ou Baso, et du latin villare, ferme, ou le nom celte Ba, et du latin villa, maison.

Le site Internet office: http://www.bavilliers.fr/index.php

trou la dame

TROU LA DAME

Le cours de la Douce disparaît dans ce vaste entonnoir, puis réapparaît 200 mètres plus loin vers le sud dans une résurgence. Selon la légende, une belle et orgueilleuse châtelaine dont deux seigneurs voisins et amis étaient amoureux décide de se donner au vainqueur d‘un duel à mort qui les opposerait. Le plus loyal refuse d’abord le combat mais, accusé de couardise, se résout ensuite à prendre l’épée. Il chute pendant le combat et son adversaire le tue. Quand le même, celui - ci vient chercher sa promise, un orage terrible éclate. Sous la violence des éléments, le sol s’ouvre, engloutissant dans ses entrailles les amants maudits.


certificat

CERTIFICAT DU MAGISTRAT DE BELFORT ATTESTANT LA FOLIE D’UN HABITANT DE BAVILLIERS.

Année 1680 -(21 x 33, 5 cm)

Jusqu’au début du XXe siècle, le traitement de la folie passait par l’exposition du malade devant les statues de saints spécialisés, comme Dizier à Saint - Dizier - l’Évêque, Desle à Lure ou Christophe à Belfort. En 1680, le magistrat de Belfort atteste que le mari, à ce jour décédé, d’une habitante de Bavilliers avait été ainsi soigné. Ce dernier avait auparavant coupé des canalisations de la ville et arraché les portes de la prison.


fontaine sainte ambroise

FONTAINE SAINTE - AMBROISE

Grande - Rue François - Mitterrand

Située au pied de l’ancien cimetière, cette fontaine, qui serait très ancienne, ne doit pas être confondue avec l’arrivée d’eau souterraine qui alimentait l’ancien lavoir. Elle avait attiré l’attention dès l’Antiquité et était réputée pour sa limpidité et ses propriétés bénéfiques pour les yeux.

eglise saint ambroise

ÉGLISE SAINT - AMBROISE -Années 1846 - 1850

Grande Rue François - Mitterrand

La présence d’une église est attestée par des écrits depuis l’an 1140. L’ancienne église, entourée de son cimetière, figurait encore sur le tracé de la route Lyon - Belfort. Trop petite et en mauvais était, elle est démolie après 1843. Cette église a été construite de 1846 à 1850 et inaugurée par le prince - président Louis Napoléon Bonaparte. Abîmée par quelques obus en 1870, elle est réparée de 1872 à 1900. La presbytère est construit en 1830. Á l’origine, l’intérieur de l’église est de style romain le plafond du chœur est bleu ciel parsemé d’étoiles. En 1964, la tribune est murée. Le maître -autel avec ses statues de garde a disparu, ainsi que Notre - Dame, le Sacré - Cœur et les tableaux de chemin de croix. L’autel en bois est placé au milieu du chœur. Le clocher, arraché par la tempête de décembre 1999, a été reconstruit à sa hauteur d’origine.


INFORMATIONS:période Napoléonienne

À 4 km au S.-O. de Belfort, en direction de Montbéliard. Vieux cimetière, sur la N 83, ici est inhumé Antoine Bécourt, chirurgien à l’armée du Rhin (1793), chirur-gien-major au 4e hussards (an IV), participant ainsi aux campagnes de la Révolution, puis à celle de la Grande Armée de l’an XIV à 1809, en Autriche, Prusse, Pologne et d’Espagne (1808-1809) : « ICI GIT / ANTOINE JOSEPH BÉCOURT / DOCTEUR EN MÉDECINE, / CHIRURGIEN-MAJOR DU 4E / RÉ-GIMENT DE DRAGONS, / MAIRE DE THANN, MEMBRE / DU CONSEIL D’ARRONDISSEMENT / DE BELFORT, NÉ À THIÈVRES, / PAS-DE-CALAIS, LE 21 AVRIL 1770, DÉCÉDÉ À BAVILLIERS LE 1 9BRE 1850. / PRIEZ POUR LUI. » (Stèle non loin de la porte du bas).