Le patrimoine des communes du Territoire de Belfort

Par Fourel David

Canton de Danjoutin

Bienvenue dans le site patrimoine des communes du territoire de Belfort

Andelnans

photo1

Canton de Danjoutin

Arrondissement de Belfort

photo2

Superficie : 417 ha - Population 2013 : 1271 habitants

Habitants : les Andelnanais .

Cours d'eau:La Savoureuse.

Origine du nom: probablement d’Adolenus ou d’Adelenus, nom de monétaires mérovingiens.


Le site Internet officiel : http://www.andelnans.com/histoire.htm

vestiges

VESTIGES DU PRIEURÉ DE FROIDEVAL

Pendant longtemps, le prieuré de Froideval dépend du village. Les moines, qui n’étaient ni défricheurs ni exploitants, appartenaient à l’ordre des antonites et se consacraient aux soin des malades. La plus ancienne citation du monastère se trouve dans l’urbaire de Belfort, daté de 1350, mais les origines du site restent inconnues. De 1350 à 1650 environ, une terrible épidémie d’ergotisme gangréneuse touche la population. La science de l’époque se révèle impuissante et les villageois attribuent à saint -Antoine le pouvoir d’apaiser cette maladie, désignée sous le nom de « Feu de Saint Antoine ».


ecusson

ÉCUSSON DE FROIDEVAL

Vestiges de prieuré de Froideval.

En 1444 - 1445, le monastère subit l’assaut des « écorcheurs » du dauphin de France, le futur Louis XI, qui le ruinent entièrement. En 1459, une charte de fondation nouvelle est établie et, en 1496, la restauration achevée, les moines reprennent leur activité. En 1525, lors de la guerre des Paysans, ceux de la région se ruent sur Froideval, qu’ils mettent à sac. Les Andelnanais et les habitants de Vézelois engagent alors un procès contre les moines, procès qui n’avait toujours pas abouti en 1790 lors de la confiscation des biens religieux .


maison

MAISON EHLINGER -Année 1829 – XXe siècle

13, rue Ehlinger

De facture classique, cette ferme, construite par le vétérinaire François Érard au début du premier Empire, est gravement endommagée pendant la Première Guerre mondiale. En 1920, le colonel Érard fait transformer la partie logis en grange, et y adjoint une tour. Le peintre Maurice Ehlinger agence en 1930 le parc à l’arrière de la maison et faire construire en 1960 son atelier à la place de la grange.


ferme

FERME KLOPFENSTIEN-Année 1821

Grès des Vosges et pierre-10, rue du Stade

Cette ferme, achetée en 1870 par la famille Klopfenstein, est un exemple de maison élémentaire. Familial, le bâtiment est conçu pour abriter sous le même toit les personnes, le bétail, les récoltes et tout ce qui est nécessaire à la vie rurale. Trois éléments sont ainsi juxtaposés : le corps de logis, la grange et l’écurie. Le logement est généralement composé de deux pièces au rez - de - chaussée et la grange constitue un passage, un lieu à tout faire. Quant à l’écurie, assez basse, elle est souvent légèrement enfoncée dans la terre, de 10 ou 15 centimètres. Le bétail y est nourri depuis la grange, grâce à de longs volets appelés « bérets »